Nouvelles

Pharmaciens et gouvernement doivent s’entendre, prévient le CPM

Montréal le 23 août 2013.

Le Conseil pour la protection des malades (CPM), impliqué dans la loi 41 sur les nouvelles activités des pharmaciens depuis le début, exhorte les pharmaciens et le Gouvernement du Québec à s’entendre. Le projet qui dure depuis plus de dix ans, a fait l’objet d’un consensus historique entre les ordres professionnels concernés. « On ne peut plus reculer», rappelle le président et porteparole du CPM, Me Paul G. Brunet.
« Par cette ouverture aux pharmaciens, ce sont environ un million d’heures en soins par année que nous sauvons aux médecins pour leur permettre de consacrer leur temps aux patients plutôt qu’à des actes que les pharmaciens peuvent évidemment accomplir. Ce transfert du temps consacré aura un impact sur l’efficacité du réseau de la santé, sur l’accès aux médecins et même indirectement sur l’encombrement actuel des salles d’urgences », précise Me Brunet.

De par son implication auprès des médecins et des pharmaciens, et comme il l’a fait dans le passé, le CPM offre son expertise et son aide à toute médiation qui pourrait aider à dénouer l’impasse actuelle entre les parties en cause.

Rappelons que le CPM est un organisme privé, sans but lucratif, voué à la protection et à la défense des droits des usagers du réseau de la santé. Par le biais de la Fédération des comités des usagers et de résidents du Québec le CPM regroupe les comités des usagers et de résidents implantés dans de nombreux établissements de santé situés aux quatre coins de la province.
-30-
Source:
Me Paul G. Brunet, m.a.p. Président
Conseil pour la protection des malades
1000, rue Saint-Antoine Ouest, bureau 403
Montréal, Québec, H3C 3R7
Téléphone: (514) 861-5922 – sans frais: 1877.CPM.AIDE
Cel. : (514) 592-0127
Télécopieur: (514) 861-5189
Courriel : info@cpm.qc.ca – Site Web: www.cpm.qc.ca

Télécharger le communiqué