Nouvelles

Le CPM réagit positivement à la proposition de l’ordre des pharmaciens du Québec (OPQ)

Donner une plus grande autonomie professionnelle aux pharmaciens comme le propose l’OPQ serait une excellente chose selon le Conseil pour la protection des malades. Au Québec, les difficultés d’accès à la santé sont criantes. Plus d’un Québécois sur dix déclare avoir consulté une unité d’urgence d’un hôpital pour un problème qui aurait pu être traité au cabinet du médecin. Les patients ont actuellement besoin d’un plus grand accès aux soins de santé et le recours aux pharmaciens constitue l’une des voies pour y parvenir.

Le Conseil pour la protection des malades est d’avis que les compétences des pharmaciens au Québec pourraient être mieux utilisées et que ces professionnels devraient pouvoir contribuer plus étroitement aux soins aux patients. Les malades voient leur pharmacien 12 fois par année, ce professionnel est disponible pour eux et facilement accessible. En lui donnant une plus grande autonomie professionnelle, les malades bénéficieraient davantage des compétences de l’expert du médicament, tout en libérant des places chez le médecin.

Les activités qui sont proposées par l’Ordre des pharmaciens du Québec ont déjà cours dans plusieurs autres provinces canadiennes et ailleurs dans le monde. Elles représentent la logique même, le gros bon sens pour les malades. Les pharmaciens du Québec ne sont
certainement pas moins bien formés ou moins compétents que ceux de l’Ontario ou de la Colombie-Britannique. Le Québec se prive actuellement d’une ressource professionnelle précieuse en mesure d’en faire davantage et de faire mieux, dans un contexte où l’accès aux services de santé est difficile. Tous les professionnels, tous les grands acteurs sont d’ailleurs requis de faire du réseau public de la santé un système performant. C’est pourquoi le Conseil pour la protection des malades invite les autorités concernées à tout mettre en oeuvre afin que les propositions de l’Ordre des pharmaciens du Québec entrent rapidement en vigueur dans leur ensemble, pour permettre à tous les Québécois de bénéficier de ces nouveaux services en pharmacie.

Rappelons que le CPM est un organisme sans but lucratif voué à la protection et à la défense des droits des usagers du réseau de la santé. Il regroupe des comités d’usagers implantés dans autant d’établissements de santé situés aux quatre coins du Québec.

-30-

Source : Me Paul G. Brunet, m.a.p. Président
Conseil pour la protection des malades (CPM)
1000, rue Saint-Antoine Ouest bureau 609
Montréal, Qc H3T 3R7
Téléphone: (514) 861-5922
Cell. : (514) 592-0127

Télécharger le communiqué