Nouvelles

Centre d’hébergement Jacques-Viger : moratoire sur la fermeture de 200 lits

Le 5 février dernier s’est tenue une séance du conseil d’administration du Centre de santé et de services sociaux Jeanne-Mance. À la suite de cette séance, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) et la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) diffusaient, conjointement, un communiqué de presse sur la possibilité que le conseil d’administration du CSSS Jeanne-Mance puisse ne pas fermer la porte à un éventuel moratoire sur la fermeture des 200 lits du Centre d’hébergement Jacques-Viger. Le conseil d’administration a accepté qu’une nouvelle expertise d’ingénierie soit réalisée pour que d’autres avenues soient explorées. Ces expertises seraient financées par les syndicats FSSS-CSN et AIM-FIQ.

Le CPM appuie ce moratoire. Cependant, entre temps, qu’arrivera-t-il avec les résidents inquiets devant toute cette incertitude ? Nous souhaitons que les transferts de résidents vers d’autres ressources d’hébergement soient arrêtés immédiatement. Certains résidents semblent déjà avoir été relocalisés. Nous espérons que les résidents qui ont commencé à être relocalisés le sont vers des ressources qui peuvent répondre adéquatement à leurs besoins selon ce qui est clairement indiqué à leur plan d’intervention individualisé et interdisciplinaire que l’établissement a la responsabilité légale de mettre en place pour chacun de ses résidents. Ces derniers ne doivent pas se faire bousculer par une administration qui veut respecter les échéanciers d’un plan d’action. Cette démarche de relocalisation se doit donc d’être personnalisée. Le fait d’être déracinés de leur milieu de vie peut être très perturbateur pour les résidents et les familles.

Nous souhaitons que notre voix ainsi que celle du Comité d’usagers et du Comité de résidents soient entendues afin que les résidents conservent leurs droits au maintien de services de qualité dans un milieu et un mode de vie qui leur convient.

Rappelons que le CPM est un organisme sans but lucratif voué à la protection et à la défense des droits des personnes malades, âgées, handicapées, psychiatrisées ou hébergées. Il regroupe plus de 300 comités d’usagers implantés dans autant d’établissements de santé situés aux quatre coins du Québec.

-30-

Source : Me Paul G. Brunet, m.a.p. Président
Conseil pour la protection des malades (CPM)
Téléphone: (514) 861-5922
Soir et fin de semaine : (514) 592-0127

Télécharger le communiqué